La rhinoplastie en 7 questions

Se faire mener par le bout du nez. Piquer du nez. Faire un pied de nez. En plus de jouer un rôle vital, le nez occupe une place aussi centrale dans notre langage que dans notre visage. Pas surprenant qu’année après année, la rhinoplastie demeure parmi les interventions les plus demandées en chirurgie esthétique. Loin d’être un caprice, elle permet de corriger les défauts esthétiques (et fonctionnels!) du seul organe constamment dans notre champ de vision. Malgré sa popularité, cette procédure demeure une source de questions pour plusieurs. Voici donc les réponses aux questions de rhinoplastie des plus fréquentes.

La rhinoplastie, est-ce pour moi?


Êtes-vous préoccupé.e par une imperfection qui touche votre nez? Si la réponse est oui, la rhinoplastie peut effectivement contribuer à améliorer son apparence! De façon générale, on recommande aux plus jeunes d’attendre leurs 18 ans avant d’aller de l’avant avec la procédure, une fois la croissance osseuse et cartilagineuse du visage terminée.

En quoi ça consiste?


Il n’existe pas de rhinoplastie « standard », puisque l’intervention peut servir à corriger différents défauts esthétiques, tels qu’une bosse, une déviation du nez, une asymétrie ou un nez disproportionné par rapport au visage. En fonction du cas, le chirurgien choisira d’utiliser la meilleure technique pour atteindre les résultats escomptés. Le cas le plus courant, cependant, est celui de la bosse sur le nez, dite « bosse dorsale ».

Comment se déroule une rhinoplastie?


Prenons l’exemple d’une intervention visant la correction d’une bosse. La procédure implique habituellement des incisions à l’intérieur des narines pour limiter l’apparence des cicatrices. Une fois la peau du nez soulevée, on enlève la partie de l’os du nez et/ou du cartilage qui forme la bosse dorsale, avant de replacer le tout et de fermer les incisions. Pour plus de détails sur le déroulement de la procédure, visitez notre page consacrée à la rhinoplastie.

Et l’anesthésie?


Dans la majorité des cas, l’intervention se pratique sous anesthésie générale.

À quoi ressemble la convalescence?


Naturellement, il faudra s’attendre à une légère douleur et à des ecchymoses autour des yeux pour les premiers jours. Durant cette période, le patient devra se reposer, maintenir sa tête élevée et utiliser des compresses froides au besoin. Après cette première semaine, l’atèle et les points seront retirés, et l’enflure continuera à diminuer au cours des semaines suivantes. De façon générale, on peut s’attendre à retourner au travail au cours de la deuxième semaine suivant l’intervention. Les résultats peuvent continuer à s’améliorer pendant environ un an.

Devrais-je anticiper des effets secondaires?


Bien que la majorité des interventions se déroulent sans anicroche, il existe un risque de complications. À court terme, on parle alors de saignements ou d’une enflure importante. À long terme, certains rares cas peuvent entraîner un résultat suboptimal, une déviation, une obstruction nasale, ou une déformation persistante. Une intervention subséquente en chirurgie esthétique peut cependant aider à corriger le tir.

Vous avez plus de questions concernant la rhinoplastie? Communiquez avec notre équipe, il nous fera plaisir de vous éclairer davantage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *