Chirurgies de la main!

 Si les chirurgies pratiquées sont parfois purement de l’ordre de l’esthétisme, il arrive que la chirurgie plastique soit proposée dans une autre perspective, notamment lorsqu’une personne souffre d’une anomalie, d’une maladie, ou d’un syndrome quelconque. À ce sujet, différentes techniques ont été développées pour offrir des chirurgies spécifiques de la main.

Le syndrome du canal carpien

Le syndrome du canal carpien en est un bien commun! Celui-ci est causé par la compression d’un nerf (le nerf médian) qui se situe au niveau du poignet. Bien souvent, le patient notera plusieurs symptômes tels que des picotements ressentis aux doigts, mais aussi des fourmillements et une impression de brûlure. Lorsque la pathologie est plus avancée, le patient ressentira même des douleurs à l’avant-bras, au coude et à l’épaule. Si les traitements préalablement proposés ne donnent pas suffisamment de résultats, une chirurgie devient nécessaire, laquelle se déroule sous anesthésie locale.

Le doigt gâchette

Le doigt gâchette (trigger finger) est aussi une affection plutôt fréquente et se manifeste par une douleur au niveau de la paume de la main, spécifiquement lors de mouvements de flexion et d’extension d’un doigt. Habituellement, lorsque le doigt est en mouvement, il se débloque brusquement ce qui engendre une douleur importante et un sentiment de « déclic ». Le doigt gâchette est souvent associé au syndrome du canal carpien et survient chez les gens d’âge moyen et particulièrement chez les personnes diabétiques. Une chirurgie est nécessaire lorsque le traitement traditionnel n’est pas efficace. Celle-ci consiste à décomprimer le tendon pour qu’il puisse glisser plus aisément dans son canal et se déroule sous anesthésie locale.

La maladie de Dupuytren

Il arrive chez certaines personnes que les aponévroses de la main (soit des tissus fibreux reliant le muscle à son point d’attache) deviennent volumineuses et qu’elles forment des boules que l’on appelle des nodules. Ainsi, les doigts se rétractent alors petit à petit. La main peut se refermer normalement, mais les gens éprouvent généralement de la difficulté à l’ouvrir aisément. Lorsque la maladie est à un stade avancé, il n’est pas rare que l’on ne puisse plus du tout ouvrir la main; les doigts restent pliés au creux de la paume. On suppose que la maladie est congénitale et elle se déclare plus souvent chez l’homme dans la cinquantaine. Étrangement, cette dernière est très fréquente au Québec et dans la région de Montréal. La chirurgie, souvent primordiale, se déroule facilement sous anesthésie locale et permet de restaurer la fonction perdue de la main. Il faut savoir que le succès dépend du délai de consultation.



Nos mains sont précieuses et nous permettent d’exécuter une foule de tâches au quotidien! N’hésitez pas à consulter rapidement lorsque des symptômes inhabituels se manifestent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *